EREIGNIS - Heidegger et la phénoménologie

Les textes fondamentaux...

Página inicial > Gesamtausgabe > GA02: Être et temps > Être et temps : § 1. La nécessité d’une répétition expresse de la question de (...)

INTRODUCTION - L’EXPOSITION DE LA QUESTION DU SENS DE L’ÊTRE

Être et temps : § 1. La nécessité d’une répétition expresse de la question de l’être.

CHAPITRE PREMIER - NÉCESSITÉ, STRUCTURE ET PRIMAUTÉ DE LA QUESTION DE L’ÊTRE

domingo 19 de junho de 2011

        

La question   est aujourd’hui tombée dans l’oubli  , quand bien même notre temps considère comme un progrès de réaffirmer la « métaphysique ». Néanmoins, l’on se tient pour dispensé des efforts requis pour rallumer une nouvelle gigantomachia peri tes ousias. La question soulevée n’est pourtant pas arbitraire. C’est elle qui a tenu en haleine la recherche   de Platon   et d’Aristote  , avant de s’éteindre bien entendu après eux, du moins en tant que question thématique d’une recherche   effective. Ce que les deux penseurs avaient conquis s’est maintenu, au prix de diverses déviations et « surcharges », jusque dans la Logique   de Hegel  . Et ce qui autrefois avait été arraché aux phénomènes en un suprême effort   de la pensée, les résultats fragmentaires de ces premiers assauts sont depuis longtemps trivialisés.

Mais ce n’est pas tout. Car sur la base des premiers essais grecs en vue   de l’interprétation de l’être un dogme s’est élaboré, qui non seulement déclare superflue la question du sens de l’être  , mais encore légitime expressément l’omission de la question. On dit : l’« être » est le concept   le plus universel et le plus vide. En tant que tel, il répugne à toute tentative de définition. Du reste, ce concept le plus universel, donc indéfinissable, n’a même pas besoin de définition. Chacun l’utilise constamment en comprenant très bien ce qu’il entend par là. Du coup, ce qui, en son retrait  , avait jet  é et tenu dans l’inquiétude le philosopher antique est devenue une « évidence   » si aveuglante que quiconque persiste à s’en enquérir se voit reprocher une faute   de méthode.

Au seuil de cette recherche, nous ne pouvons élucider en détail tous les préjugés qui ne cessent d’entretenir l’indifférence à l’égard d’un questionner   de l’être. Ils jettent leurs racines dans l’ontologie   antique elle-même. Quant à celle-ci, elle ne saurait à son tour être interprétée de manière satisfaisante — en ce qui concerne le sol   où sont nés les concepts ontologiques fondamentaux ainsi que la légitimation adéquate de l’assignation   des catégories et de leur énumération complète — qu’au fil conducteur de la question de l’être préalablement clarifiée et résolue. Par conséquent, nous ne discuterons ici les préjugés cités qu’autant qu’il est requis pour faire apercevoir la nécessité d’une répétition de la question du sens   de l’être. Ils sont au nombre   de trois :

1. L’« être » est le concept « le plus universel » : to on   esti katholou   malista [1]. « Illud quod primo cadit sub apprehensione est ens, cujus intellectus includitur in omnibus, quaecumque quis apprehendit » : « Une compréhension de l’être est toujours déjà comprise dans tout ce que l’on saisit de l’étant   » [2]. Mais l’« universalité » de l’« être » n’est pas celle du genre. L’« être » ne délimite   pas la région suprême de l’étant pour autant que celui-ci est articulé conceptuellement selon le genre et l’espèce : oute to on genos [3]. L’« universalité » de l’être « transcende » toute universalité générique. Selon la terminologie de l’ontologie médiévale, l’être est un transcendens. L’unité de ce transcendantalement « universel », par opposition à la multiplicité des concepts génériques réals suprêmes, a déjà été reconnue par Aristote comme unité d’analogie  . Par cette découverte, Aristote, en dépit de toute sa dépendance à l’égard de la problématique ontologique   de Platon, a situé le problème de l’être sur une base fondamentalement nouvelle. Bien sûr, lui non plus n’a point   éclairci l’obscurité de ces relations catégoriales. L’ontologie médiévale a discuté multiplement ce problème dans les écoles thomiste et scotiste, sans parvenir à une clarté fondamentale. Et lorsque finalement Hegel détermine l’« être » comme l’« immédiat indéterminé » et qu’il place   cette détermination à la base de toutes les explications catégoriales ultérieures de sa Logique, il se maintient dans la même perspective que l’ontologie antique, à ceci près qu’il abandonne le problème, déjà posé par Aristote, de l’unité de l’être par rapport   à la multiplicité des « catégories » réales. Lorsque l’on dit par conséquent, que l’ « être » est le concept le plus universel, cela ne peut pas vouloir dire qu’il est le plus clair, celui qui a le moins besoin d’élucidation supplémentaire. Bien plutôt le concept d’« être » est-il le plus obscur.

2. Le concept d’« être » est indéfinissable. C’est ce que l’on concluait de son universalité [4]. A bon droit — si « definitio fit per genus   proximum et differentiam specificam ». L’être ne peut en effet   être conçu comme étant ; « enti non additur aliqua natura   » ; l’être ne peut venir à la déterminité selon que de l’étant lui est attribué. L’être n’est ni   dérivable définitionnellement de concepts supérieurs, ni exposable à l’aide de concepts inférieurs. Mais suit-il de là que l’« être » ne puisse plus poser de problème ? Nullement. Tout ce qu’il est permis d’en conclure, c’est ceci : l’« être » n’est pas quelque chose   comme de l’étant. Par suite, le mode   de détermination de l’étant justifié dans certaines limites — la « définition » de la logique traditionnelle, qui a elle-même ses fondations   dans l’ontologie antique — n’est pas applicable à l’être. L’indéfinissabilité de l’être ne dispense point de la question de son sens, mais précisément elle l’exige.

3. L’« être » est le concept « évident ». Dans toute connaissance  , dans tout énoncé, dans tout comportement   par rapport à l’étant, dans tout comportement par rapport à soi-même, il est fait   usage   de l’« être », et l’expression   est alors « sans plus   » compréhensible. Chacun comprend : « le ciel est bleu », « je   suis joyeux », etc. Seulement, cette intelligence moyenne ne démontre guère qu’une incompréhension. Ce qu’elle manifeste  , c’est qu’il y a   a priori  , dans tout comportement, dans tout être par rapport à l’étant comme étant, une énigme. Que toujours déjà nous vivions dans une compréhension de l’être et qu’en même temps le sens de l’être soit enveloppé dans l’obscurité, voilà qui prouve la nécessité fondamentale de répéter la question du sens de l’« être ».

Invoquer l’« évidence » dans le domaine   des concepts philosophiques fondamentaux, et même à propos du concept d’« être », est un procédé douteux, s’il est vrai que l’« évident », et lui seulement, que « les jugements   secrets de la raison   commune » (Kant  ) doivent devenir   et rester le thème exprès de l’analytique   (« du travail philosophique »).

Toutefois, notre énumération des préjugés a en même temps montré que ce n’est pas seulement la réponse qui manque à la question de l’être, mais encore que la question elle-même est obscure et dépourvue d’orientation  . Répéter la question de l’être signifie donc : commencer par élaborer de façon satisfaisante la position   de la question.


Ver online : HyperHeidegger


[1ARISTOTE, Met., B 4, 1001 a 21.

[2THOMAS D’AQUIN, Summa theol., I-II, q. 94, a. 2.

[3ARISTOTE, Met., B 3, 998 b 22.

[4Cf. PASCAL, Pensées et Opuscules, éd. L. Brunschvig, Paris, 1912, p. 169 : « On ne peut entreprendre de définir l’être sans tomber dans cette absurdité : car on ne peut définir un mot sans commencer par celui-ci, c’est, soit qu’on l’exprime ou qu’on le sous-entende. Donc pour définir l’être, il faudrait dire c’est, et ainsi employer le mot défini dans sa définition. »