EREIGNIS - Heidegger et la phénoménologie

Les textes fondamentaux...

Página inicial > Gesamtausgabe > GA02: Être et temps > Être et temps : § 42. Confirmation de l’interprétation existentiale du (...)

Martin Heidegger

Être et temps : § 42. Confirmation de l’interprétation existentiale du Dasein

Traduction par Emmanuel Martineau

sexta-feira 19 de agosto de 2011

        

L’enjeu essentiel des interprétations précédentes, qui ont finalement conduit à dégager le souci   comme être du Dasein  , était de conquérir, pour l’étant   que nous sommes à chaque [197] fois nous-même et que nous appelons « homme   », les fondements ontologiques adéquats. Pour cela, l’analyse devait d’entrée de jeu quitter le point   de vue   de l’amor  çage traditionnel - mais ontologiquement non clarifié et fondamentalement problématique - tel qu’il est prédonné par la définition traditionnelle de l’homme. Il se peut que l’interprétation ontologico-existentiale  , mesurée à l’aune de celle-ci, déconcerte, spécialement si le « souci » est compris de manière simplement ontique   au sens   des « soucis » et des « tourments ». C’est pourquoi nous devons maintenant produire   un témoignage préontologique  , dont la force   probante, sans doute, ne sera « qu’historique   ».

Pourtant, réfléchissons-y : dans ce témoignage, le Dasein s’exprime sur lui-même, et il le fait   « originairement », sans être déterminé par des interprétations théoriques, et sans non plus les viser. Considérons en outre que l’être du Dasein est caractérisé par l’historialité, ce qui du reste reste à montrer ontologiquement. Or si le Dasein est « historial   » dans le fond de son être, alors un énoncé qui vient de son histoire   et y retourne, et qui de surcroît se tient en deçà de toute science  , acquiert une importance particulière, quoique non purement   ontologique. La compréhension d’être présente dans le Dasein lui-même s’exprime préontologiquement. Le témoignage que nous allons citer doit montrer clairement que l’interprétation existentiale n’est pas une invention, mais, en tant que « construction   » ontologique, possède son sol   et, avec lui, sa pré-esquisse élémentaire.

L’auto-explicitation   du Dasein comme souci qu’on va   lire est déposée dans une vieille fable [1] : Cura cum fluvium transiret, videt cretosum lutum sustulitque cogitabunda atque coepit fingere. Dum deliberat quid   iam fecisset, Jovis intervenit. Rogat eum Cura ut det illi spiritum, et facile impetrat. Cui cum vellet Cura nomen ex sese ipsa imponere, Jovis prohibuit suumque nomen ei dandum esse dictitat. Dum Cura et Jovis disceptant, Tellus surrexit simul suumque nomen esse volt cui corpus praebuerit suum. Sumpserunt Saturnum judicem, is sic aecus judicat : [198] « Tu Jovis quia spiritum dedisti, in morte   spiritum, tuque Tellus, quia dedisti corpus, corpus ecipito, Cura enim quia prima finxit, teneat quamdiu vixerit, Sed quae nunc de nomine eius vobis controversia est, homo vocetur, quia videtur esse factus ex humo. »

Un jour que le « Souci » traversait un fleuve, il aperçut un limon argileux : songeur, il en prit un morceau et se mit à le façonner. Tandis qu’il réfléchissait à ce qu’il avait créé, Jupiter survient. Le « Souci » lui demande de prêter un esprit   au morceau d’argile façonné : il y consent volontiers. Mais lorsque le « Souci » voulut imposer à la créature son propre   nom, Jupiter le lui interdit, exigeant que son nom à lui lui fût donné. Tandis qu’ils disputaient de ce nom, la Terre (Tellus) surgit à son tour, désirant que l’image reçût son propre nom, puisqu’elle lui avait prêté une parcelle de son corps  . Les querelleurs prirent Saturne pour arbitre, qui leur signifia cette décision apparemment équitable : « Toi, Jupiter, qui lui as donné l’esprit, tu dois à sa mort recevoir son esprit ; toi, Terre, qui lui as offert le corps, tu dois recevoir son corps. Mais comme c’est le "Souci" qui a le premier formé cet être, alors, tant qu’il vit, que le "Souci" le possède. Comme cependant il y a   litige   sur son nom, qu’il se nomme homo, puisqu’il est fait d’humus (de terre). »

Ce qui procure à ce témoignage préontologique une signification   particulière, c’est qu’il n’envisage pas seulement en général le « souci » comme quelque chose   à quoi le Dasein humain est attaché « toute sa vie   durant », mais que le « souci » y apparaît en connexion   avec la conception bien connue de l’homme comme composé de corps (terre) et d’esprit. « Cura prima finxit » : cet étant tire l’« origine   » de son être du souci. « Cura teneat, quamdiu vixerit » : l’étant en question   n’est pas détaché de cette origine, mais tenu en elle, régi par elle aussi longtemps qu’il est « au monde   ». L’« être-au-monde » a le caractère ontologique du « souci ». Son nom (homo), cet étant ne le reçoit pas en considération de son être, mais compte   tenu de ce en quoi il consiste (humus). Où faut-il voir l’être « originaire   » de cette [199] créature ? La décision sur ce point appartient à Saturne, le « temps » [2]. La détermination d’essence   préontologique de l’homme exprimée dans la fable a donc d’entrée de jeu pris en vue le mode   d’être qui régit son passage temporel   dans le monde.

L’histoire sémantique du concept   ontique de « cura » permet encore d’apercevoir d’autres structures fondamentales du Dasein. Burdach [3] attire l’attention   sur une équivoque du terme « cura », selon laquelle il ne signifie pas seulement « effort   anxieux », mais aussi « soin », « dévouement ». C’est ainsi que Sénèque écrit dans sa dernière lettre (Epist. CXXIV) : « Parmi les quatre natures existantes (arbres, animal  , homme, Dieu  ), les deux dernières, qui seules sont douées de raison, se distinguent par ceci que le dieu est immortel, l’homme mortel. Or chez eux, ce qui achève le bien   de l’un, à savoir du dieu, c’est sa nature  , ce qui achève le bien de l’autre, à savoir de l’homme, c’est le souci (cura) » : « unius bonum natura   perficit, dei scilicet, alterius cura, hominis. »

La perfectio de l’homme, autrement dit le fait qu’il devienne ce qu’il peut être en son être-libre pour ses possibilités les plus propres (dans le projet  ), est un « achèvement » du « souci ». Mais celui-ci détermine cooriginairement le mode fondamental de cet étant, conformément auquel il est livré au monde de la préoccupation (être-jet  é). L’« équivoque » de cura vise une seule constitution   fondamentale selon la structure   essentiellement duelle du projet jeté.

Considérée par rapport   à l’interprétation ontique, l’interprétation ontologique n’est pas une simple   généralisation ontico-théorique. Car cela voudrait dire simplement : ontiquement, toutes les conduites de l’homme sont « soucieuses » et guidées par un « dévouement » à quelque chose. Si « généralisation » il y a, elle est ontologico-apriorique. Elle ne vise pas des propriétés ontiques constamment récurrentes, mais une constitution d’être qui à chaque fois est à leur fondement  . Celle-ci rend seule ontologiquement possible que cet étant soit ontiquement advocable comme cura. La condition existentiale de possibilité de « soucis de la vie » et de « dévouement » doit être conçue dans un sens originaire, c’est-à-dire ontologique, comme souci.

L’« universalité » transcendantale du phénomène du souci et de tous les existentiaux   [200] fondamentaux a d’autre part cette ampleur par laquelle seule est pré-donné le sol sur lequel se meut toute explicitation ontique du Dasein, qu’une telle « conception du monde   » comprenne le Dasein comme « soucis de la vie » et détresse, ou en sens contraire.

Le « vide » et la « généralité » qui s’attache du point de vue ontique aux structures existentiales n’en a pas moins sa déterminité et sa plénitude ontologiques propres. Le tout   de la constitution d’être, par suite, n’est pas lui-même simple en son unité, mais il montre une articulation   structurelle qui vient à l’expression   dans le concept existential du souci.

L’interprétation ontologique du Dasein a porté l’auto-explicitation préontologique de cet étant comme « souci » au concept existential du souci. Néanmoins, l’analytique existentiale   ne vise point une fondation   ontologique de l’anthropologie  , son but est fondamental-ontologique  . Ce but est ce qui a déterminé, certes tacitement, le cours des considérations antérieures, le choix   des phénomènes et le degré de pénétration de l’analyse.

Mais maintenant, la recherche  , dans la perspective de la question directrice du sens de l’être et de son élaboration, doit s’assurer expressément de ses acquisitions antérieures. Ce qu’elle ne saurait accomplir   à l’aide d’un résum  é extérieur de ce qui a été élucidé. Bien plutôt ce qui n’a été que grossièrement indiqué au commencement de l’analytique   existentiale doit-il, grâce à ces acquisitions, être accentué de manière à prendre la forme d’une problématique plus aiguë.


Ver online : HyperHeidegger


[1C’est en consultant l’essai de K. BURDACH, « Faust und die Sorge » [« Faust et le souci »], dans Deutsche Viertel-jahrschrift fur Litteraturwissenschaft und Geistesgeschichte, 1, 1923, p. 1 sq. que l’auteur a rencontré ce témoignage préontologique en faveur de l’interprétation ontologico-existentiale du Dasein comme souci. Burdach montre que Goethe a reçu de Herder cette fable sur la cura - qui est transmise comme 220ème fable d’Hygin - et l’a exploitée dans la seconde partie de son Faust : v. notamment les vers 40 sq. - Le texte ci-dessus est cité d’après F. BÜCHELER, dans Rheinisches Museum, 41, 1886, p. 5, et traduit d’après BURDACH, op. cit., p. 41 sq.

[2Cf. le poème de HERDER, Das Kind der Sorge, dans Werke, éd. Suphan, t. XXIX, p. 75.

[3Op. cit., p. 49. Dans le stoïcisme déjà, merimna était un terme fixé, qui revient dans le Nouveau Testament, traduit dans la Vulgate par sollicitudo. - Si l’auteur de ce livre en est venu à adopter cette perspective prédominante sur le « souci » qui gouverne l’analytique précédente du Dasein, c’est dans le cadre de ses tentatives pour interpréter l’anthropologie augustinienne - c’est-à-dire gréco-chrétienne - par rapport aux fondements posés dans l’ontologie d’Aristote.